"Filmer un spectacle c'est créer un nouveau spectacle"       lire l'article

 Danse orientale et hip-hop à l'appui de la démo à Océanis par les Vidéonautes de Ploemeur

Ceux qui montent des spectacles souhaitent souvent en conserver une trace vidéo. La séance programmée le lundi 15 à Océanis devrait les intéresser. Les Vidéonautes proposent d'illustrer le thème par la projection de séquences tirées du gala de Danses et Cultures du Monde de juin dernier à Océanis, qui associe danse orientale et hip-hop. Ils ne prétendent pas donner des recettes, mais simplement parler concrètement d'une pratique qui intéresse un public de plus en plus large : ateliers d'art dramatique, écoles de musique, danse, chant, centres de formation, réinsertion.  « On croit au début qu'il suffit de planter une ou deux caméras à des endroits bien choisis, mais l'expérience montre vite les limites de l'amateurisme » précise Jacques Losay, responsable de la section plomeuroise.

équipement coûteux

Le matériel à mettre en ouvre est malheureusement important puisque plusieurs caméras sont nécessaires. La vogue étant aux ambiances sombres, il faut qu'elles soient équipées de capteurs "basse lumière" plus onéreux que ceux des appareils grand public. Le montage exige une station puissante, capable d'ingurgiter comme c'est le cas présenté, 10 h de rushes, plus la bande son, soit un travail simultané sur 9 pistes !  De plus en plus fréquemment, on demande aussi de projeter des images sur écran pendant le spectacle (ici des séquences rapportées d'Algérie par J. Losay) mixées avec celles captées en direct par les caméras. La technique fait appel à une "régie", spécialité de Guillaume Donias, permanent de l'association.

                      lire l'article 

 

les cadreurs doivent s'entendre...

            Le rôle de chacun pour les prises doit être défini : plans d'ensemble, plans moyens, gros plans, poursuites. Sinon il se trouve parfois que dans le feu de l'action, les cadreurs fassent tous la même image et. la ratent ! La règle est donc de s'en tenir aux consignes et résister à la tentation des mouvements trop "inspirés".

et entrer dans l'action

La "captation" d'un spectacle - terme consacré - paraît fastidieuse à certains. Pour les Vidéonautes, c'est une bonne école. On apprend à bien cadrer, à suivre un mouvement, à juger rapidement de l'image à faire : accompagner le déhanchement d'une danseuse, capter la lumière qui fait briller ses cheveux, scander le tempo du hip-hop à coups de zooms et flous/nets. Le secret est d'entrer à fond dans le spectacle au point de jouir pleinement de tout ce qui s'y passe ! Le montage vient ensuite : en privilégiant tel personnage, en préférant  tel angle, en soulignant tel détail, il accentue les effets et fait que le résultat aboutit à une ouvre nouvelle, différente de l'originale. C'est cette considération qui a poussé Ariane Mnouchkine (Théâtre du Soleil) à produire des versions vidéo de certaines de ses pièces, présentées comme des créations à part entière.

Seront également présents à la séance : Moufida Bellour, chorégraphe, Wicked le groupe de hip-hop, Sami Fatih, créateur de la bande son,

Lundi 15 Octobre 19.30 h Océanis 1er étage, entrée libre